11794423_10204640953040603_4155564936178496092_o

11794405_10204640973961126_8868727476419134674_o

Food Trip épisode 43 : 

Quand j’ai décidé de ce titre, mes sœurs et ma boss Orphelie m’ont dit : tu es trop dure, ce n’est pas gentil ou encore, le titre est trop agressif. J’ai donc réfléchi à un titre plus adapté. Mais, rien ne m’est venu à l’esprit. Ce que j’ai ressenti en visitant ce restaurant cadre avec l’appellation de mon article.
Le Pékin, je ne connaissais pas vraiment, mais j’en avais lu de bonnes critiques sur les blogs culinaires de foodies ivoiriennes. J’étais impatiente de m’y rendre avec mes sœurs pour partager un moment en famille.

Ce jour-là, à cause de la disparation du N de l’enseigne lumineuse du restaurant (mon article devrait s’intituler la chute du N du Pékin) nous avons mes sœurs et moi du mal à trouver le restaurant qui se situe en face du collège Mermoz à Cocody.

On retrouve finalement l’entrée et nous rendons compte du peu d’affluence (nous sommes les seules à notre arrivée) pour un week-end. Qu’à cela ne tienne. Nous sommes installées et bien accueillies par la propriétaire qui s’occupe de nous envoyer les cartes.

11707945_10204640947240458_7109880643221349560_o

J’ai mangé la quasi totalité des cacahuètes, sinon l’assiette était pleine lol

Mais nous avons du mal à nous concentrer parce que nous sommes assaillis de toutes parts par une odeur très (je souligne) forte de moisissures. Mes sœurs me regardent goguenardes. Moi, je suis gênée parce que c’est mon idée.

Puisqu’on est déjà là, autant boire le vin jusqu’à la lie. Sous la pression nous nous décidons à la hâte pour des sucreries en boisson parce que la description du cocktail non alcoolisé est assez inquiétante au su des composants de ce dernier. Notre dernière prend une grande bouteille d’Awa (1500 FCFA), la seconde une bouteille d’orangina (1500 FCFA) et moi une bouteille de tonic (1000 FCFA).

Mes sœurs commandent l’une, de la sauce aigre-douce au poulet (4800 FCFA), l’autre, de la sauce citron au poulet (4500 FCFA) et moi, une sauce aigre-douce aux poissons (5000 FCFA). Nous prenons toutes en accompagnement du riz cantonais (2500 FCFA).

11794178_10204641002801847_195192262883071903_oCommençons par la sauce aigre-douce au poulet. Cette sauce consommée par ma sœur et goûtée par moi est comparée à des sauces aigres-douces dégustées ici et là (Wasabi, Beijing) de qualité moyenne. Elle n’est pas vraiment impressionnante, mais n’est pas mauvaise non plus. Elle est assez sucrée contre une dose inexistante d’acidité.

11144966_10204641271328560_2002183996663152925_oLa sauce citron au poulet est également passable. Le pep du côté citron manque cruellement. Le côté croustillant du poulet qui se retrouve dans la plupart des poulets à la sauce citron est absent. Pour moi c’est un échec (veuillez comprendre mon dépaysement). Pour ma sœur ça peut aller (elle cherche même du riz supplémentaire).

11119977_10204641261528315_4137515525318641229_oLa sauce aigre-douce au poisson ou sauce tomate est en fait une sauce tomate aux légumes et je peux vous dire que je n’aime pas la sauce tomate au poisson surtout quand elle est saturée de morceaux d’oignons. Déçue, je le suis. Mes sœurs tentent de me consoler en me disant que la sauce aigre-douce (la vraie) ne va sûrement pas avec le poisson.

11717478_10204640976761196_6726312876396476422_oLe riz cantonais pour son prix est servi en petite quantité. Il est bon par contre. Il ne l’est pas autant que celui du Beijing, mais il se laisse manger sans soucis. Je dirai même avec appétit.

Venons-en au côté service.

Je ne parle presque jamais spécialement du service, mais là, je dois le faire. Les couverts sont sales (mal lavés) ce qui nous oblige à manger directement dans les récipients de riz cantonais. Les tables voisines (vides) sont poussiéreuses (est-ce de là que provient cette odeur rance qui nous talonne ?). Enfin, le serveur est-il une sorte d’espion vu sa manière de se cacher pour nous observer ? Il rode, pratiquement durant tout notre temps de présence dans ce restaurant, autour de notre table. À peine une assiette est vide qu’il l’a fait disparaître planant sur nous tel un vautour. Sous cette pression visuelle et le vide instantané d’après repas de notre table, nous décidons de quitter ce lieu où nous ne semblons plus les bienvenues.

Pour qui ? les familles, les groupes d’amis, une réunion d’un cartel (je rigole)

Quand ? Les week-ends, entre midi et deux.

Budget ? Entre 5000 et 20000 par personne (la dernière option est pour ceux ou celles qui aiment tout essayer).

Note : Service : 5/10 Menu : 7/10 Cadre : 6/10 (Merci à la superbe décoration chinoise qui sauve le coup)

Dou you speak English ? If yes, it’s here :

When I decided this title, my sisters and my boss Orphelie told me, you are too hard, it’s not nice or even the title is too aggressive. So I thought a more appropriate title. But nothing came to mind. What I felt when visiting this restaurant frame with the label part of my article.

Pékin, I did not know really, but I had read good reviews on culinary blogs foodies Ivorian. I was eager to go there with my sisters to share a moment with family.

That day, because of the disappearance of the N luminous sign of the restaurant (my article should be called the fall of the Pekin N) we have my sisters and I struggled to find the restaurant that is opposite College Mermoz of Cocody.

We finally found the entrance and realize how little busy (we are the only ones we arrived) for a weekend. Never mind. We installed and welcomed by the owner who is responsible to send the cards.

But we find it hard to focus because we are beset on all sides by very smelly (emphasis added) high molds. My sisters looked at me bantering. I am embarrassed because it was my idea.

Since we’re already here, so drink wine to the dregs. Under pressure we decide to wait for sweets beverage because the description of non-alcoholic cocktail is quite disturbing to the knowledge of the components of the latter. Our latest take a large bottle of Awa (1500 FCFA), the second a bottle of Orangina (1500 FCFA) and me a bottle of tonic (1000 FCFA).

My sisters command one of the sweet and sour chicken (4,800 FCFA), the other, the lemon chicken sauce (4,500 FCFA) and me, sweet and sour fish sauce (5000 FCFA). We all take to accompany the fried rice (2500 FCFA).

Let’s start with sweet and sour sauce chicken. This sauce consumed by my sister and tasted by me is compared to sweet and sour sauces tasted here and there (Wasabi, Beijing) average. It is not really impressive, but is not bad either. It’s pretty sweet against a nonexistent dose of acidity.

The lemon chicken sauce is also passable. The pep lemon side sorely lacking. The crispy chicken beside which is found in most chicken with lemon sauce is absent. For me it is a failure (please understand my disorientation). For my sister it can go (she even seek additional rice).

Sweet and sour fish sauce or tomato sauce is actually a tomato sauce with vegetables and I can tell you that I do not like fish with tomato sauce especially when it is saturated with pieces of onion. Disappointed, I am. My sisters tried to comfort me by telling me that sweet and sour sauce (true) will surely not with fish.

The fried rice for its price, is served in small quantities. It is better by cons. There is not as much as that of Beijing, but it leaves room without worry. I would even say with gusto.

Let us come to the service side.

I almost never speak specifically of the service, but now I have to. Cutlery are dirty (unwashed) forcing us to eat fried rice directly into the containers. The neighboring tables (empty) are dust (is there that this rancid smell that comes close behind us). Finally, there is the server a kind of spy saw his way of hiding to observe us? He grind practically throughout our time spent in this restaurant, around our table. Barely a plate is empty he took away, hovering over us like a vulture. Under this pressure and instant visual empty after meals to our table, we decided to leave the place where we no longer seem welcome.

For who ? Families, groups of friends, a meeting of a cartel (just kidding)

When ? On weekends, between noon and two.

Budget ? Between 5000 and 20000 per person (the last option is for those of you who like to try everything).

Note: Service: 5/10 Menu: 7/10 Setting: 6/10 (Thank you for the beautiful Chinese décor that saves the shot)

 

7 replies on “THE FALL OF PEKIN

  1. Merci du commentaire.
    Toujours Beijing et Pekin ont le même propriétaire, les mêmes recettes. J’avoue préférer le décor du Beijing ET la cuisine du Pekin. il est vrai que je n’ai jamais goûté aux 3 plats que vous citez.
    Pour le service vous avez 100% raison. Malheureusement, comme dans beaucoup d’autres restaurants vietnamiens ou chinois, les patrons « volent » les pourboires des serveurs, pas très encourageant.
    Quant à la petite fréquentation elle est la marque de fabrique des restaurants vietnamiens d’Abidjan à l’exception de La Nuit de Saigon où service, nourriture et surtout hygiène et comportement face aux cafards qui se promènent sur les nappes blanches me font fuir.
    A votre prochaine revue.

    J'aime

    1. Merci Beatrice pour ce commentaire. On ne sent vraiment pas que ces deux restaurants ont le même propriétaire sûrement à cause de la situation géographique et peut être aussi parce que le Beijing est plus récent. Nuit de Saigon, on m’en a parlé, mais je n’ai pas encore eu le courage de m’y rendre.
      Merci de votre fidélité à mes articles cela donne envie de mieux faire.
      Bien À vous.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s