découverte du restaurant thai mai Abidjan vallon

 

Je me rends un soir avec ma sœur au restaurant Siam ThaÏ situé au Vallon. Il faut dire que depuis longtemps j’en parle et qu’on n’avait pas encore eu l’occasion de nous y rendre. Ce soir-là, nous nous sommes lancées.

Cet article sera plus une anecdote qu’une critique parce que je me dois de donner une autre chance à ce restaurant avant de donner mon avis sur sa cuisine (eh oui, je mets de l’eau dans mon vin).

Le restaurant est peu bondé et nous nous installons à une table à côté d’autres clients.

Le serveur nous donne les cartes (le service est assez rapide) et nous demande ce qu’on souhaite boire. J’opte pour un cocktail sans alcool (il n’y en a qu’un), ma sœur aussi. Les cocktails ne tardent pas à venir et sont très bien présentés. J’adore la coupe. Nous passons nos commandes. Ma sœur et moi prenons du poisson. Je prends le mien en sauce et elle prend le sien en sauté (je ne me souviens plus des noms des plats, mais vu que ce n’est pas une critique ça passe). Pour nous faire patienter, on nous apporte de la pâte d’arachide et des chips. Moi j’aime bien (beaucoup), ma sœur préfère s’abstenir.

À côté de nous, il y a un couple d’amis à savoir une mère avec son fils et l’ami à la mère. Il les a invités à dîner pour discuter et échanger. La dame est mariée d’après ce que j’ai entendu à un homme riche, mais pingre qui ne lui donne que très peu d’argent. Le fils est quant à lui assez calme et très couvé par la mère ce que l’ami déplore. Il aimerait que la mère laisse l’enfant s’épanouir, qu’elle cesse de trop le couver. Des voisins agréables et sans histoire.

Ce que je ne comprends pas, c’est lorsque la mère se lève pour s’asseoir près de son ami sous prétexte qu’elle a chaud (il fait pourtant froid dans la salle). Elle lui demande de regarder le haut de ses cuisses ou de la sueur se trouve. Là, je m’interpelle sur les réelles relations de ces gens. Était-ce des amants qui sous couvert de la présence de l’enfant ont pensé se rencontrer en toute impunité ? Ils semblent se connaitre depuis des années. Chez nous les Ivoiriens, nous disons : les anciens feux se rallument vite.

Ils quittent le restaurant avant nous nous laissant sur notre faim.

Ma sœur et moi n’en saurons donc pas plus.

 

For those who speak english, it’s here :

 

I go one evening with my sister at the restaurant located at Mai Thai Vallon. I must say that for a long time I talk and we had not yet had the opportunity to go there. That evening, we launched.

 This article will be an anecdote that critical because I have to give another chance to this restaurant before giving my opinion on her kitchen (yes, I put water in my wine).

 The restaurant is not crowded and we sit at a table next to other customers.

The server gives us the cards (the service is pretty fast) and asks us what we want to drink. Opt for a mocktail (there is only one), my sister also. The cocktails are not long in coming and very well presented. I love the cut. We spend our orders. My sister and I take fish. I take mine in sauce and she takes hers jumped in (I do not remember the names of the dishes, but since this is not a criticism it goes). To make us wait, they bring us the dough peanut and chips. I like it (a lot), my sister prefer to abstain.

 Next to us, there are a couple of friends to know a mother with her son and the friend’s mother. He invited them to dinner to discuss and exchange. The lady is married from what I heard a rich man, but stingy that only gives him very little money. The son is itself quite quiet and very hatched by the mother that the friend says. He would like the mother leaves the child to flourish, it stops the hatching too. Pleasant neighbors and uneventful.

 What I do not understand is when the mother gets up to sit next to his friend on the pretext that hot (though it’s cold in the room). She asks him to look at the top of her thighs or sweat is. There I calls me on the real relations of these people. Was it that lovers under cover of the presence of children thought to meet with impunity? They seem to know for years. With us Ivorians, we say: the old fires quickly rekindled.

 They leave the restaurant before we left us hungry.

My sister and I do not therefore know more.

5 replies on “Histoires et Cuisine Thai

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s